Navigation – Plan du site

27-2 | 2008
Migration et développement: un mariage arrangé

Couverture Dossier migrations 2008
ISBN 978-2-940415-07-6

Sous la direction de Denise Efionayi-Mäder, Alessandro MONSUTTI, Gérard Perroulaz et Catherine Schümperli Younossian

Depuis une trentaine d’années, les migrations internationales se sont intensifiées, parallèlement à la mobilité croissante des marchandises, des services, des capitaux et de l’information, aux niveaux tant régional qu’intercontinental. Forcées ou volontaires, elles sont le reflet des inégalités sociales et de la recherche d’un avenir que les émigrés espèrent meilleur.

Les approches unilatérales pour réguler les migrations apparaissent de plus en plus inopérantes. Les Etats, très jaloux de leur souveraineté en la matière, prennent peu à peu conscience du fait que seule une action coordonnée au niveau international est à même de contribuer au développement des pays d’origine, de transit et de destination tout en offrant des conditions-cadres plus favorables au déplacement et à l’intégration des migrants eux-mêmes. Avec le lancement de l’Initiative de Berne en 2001, la Suisse a donné une impulsion importante en vue d’une coopération internationale renforcée dans le domaine migratoire qui a débouché sur la création de la Commission mondiale sur les migrations internationales en 2003.

Les articles du présent Annuairetentent de faire la part des choses entre réalité et discours : la migration ne constitue pas une recette miracle pour le développement des pays du Sud, pas plus que le développement ne tarira les flux migratoires ; politique de développement et politique migratoire ne coïncideront jamais complètement dans ce « mariage arrangé ». Toutefois, les nombreux débats et recherches sur les rapprochements entre migration et développement sont loin d’être vains ; ils constituent un élément indispensable pour permettre de comprendre les enjeux et l’interaction entre les différents partenaires.

Le dossier 2008 offre une synthèse des débats académiques actuels et s’intéresse, par le biais d’études de cas, aux effets des transferts de fonds des migrants sur le développement, au rôle des diasporas et aux migrations circulaires. Il examine également les politiques et pratiques menées par la Suisse dans le domaine des migrations. Ces différentes contributions amènent à penser que le succès et la durabilité de ce « mariage savamment arrangé » résideront sans doute davantage dans la mise en œuvre de mesures concertées avec tous les intéressés plutôt que dans un virage politique spectaculaire. Une telle approche permettrait aux migrations de déployer des effets propices au développement.