Navigation – Plan du site
1re partie : Faits - Revue des événements de l'année 2007

4. Aide humanitaire

Xavier Tschumi Canosa
p. 47-55

Résumé

Le Parlement fédéral a approuvé, en juin 2007, le crédit-cadre de 1 milliard et demi de francs destiné à financer les activités d’aide humanitaire internationale de la Confédération de 2007 à 2011. Ces activités seront conduites par une stratégie actualisée (la « Stratégie 2010 ») misant sur les partenariats et les alliances et qui attribue à la DDC quatre tâches prioritaires : la prévention et la préparation, l’aide d’urgence, la reconstruction et la réhabilitation et, enfin, le plaidoyer.
En 2006, l’aide humanitaire de la Confédération a occasionné des dépenses d’un montant de 301,5 millions de francs, dont 295 millions en faveur de pays bénéficiaires de l’aide publique au développement (APD). L’aide humanitaire bilatérale suisse a profité principalement au Soudan, au Pakistan et à l’Afghanistan (comme déjà depuis quelques années), au Liban et aux zones sous administration palestinienne (de manière bien plus marquée en 2006 qu’auparavant). Les conséquences du tsunami ne se lisent plus vraiment dans les dépenses d’aide humanitaire de la Suisse en 2006.
Le Forum humanitaire mondial a vu le jour à Genève en juin 2007 et a tenu sa cérémonie de lancement en octobre 2007, sous la présidence de Kofi Annan. Cette réunion était consacrée aux conséquences humanitaires du changement climatique. Ce thème a également été central dans la 1re session de la Plate-forme mondiale pour la réduction des risques de catastrophe, qui s’est déroulée à Genève en juin 2007.

Haut de page

Texte intégral

4.1. Aide humanitaire internationale de la Confédération

4.1.1. Acceptation du nouveau crédit-cadre pour la continuation de l’aide humanitaire

  • 1 Conseil fédéral, Message concernant la continuation de l’aide humanitaire internationale de la Conf (...)

1Le 29 novembre 2006, le Conseil fédéral a adressé au Parlement son Message concernant la continuation de l’aide humanitaire internationale de la Confédération1.

Annuaire 2007, nº 1, nouveau crédit-cadre pour l’aide humanitaire 2007-2011, pp. 43-48.

  • 2 Conseil national, session d’été 2007, 06.095. Aide humanitaire internationale. Continuation, « Prop (...)

2C’est le vingtième message sur ce sujet que le Conseil fédéral a soumis au Parlement depuis la création de l’aide humanitaire de la Confédération, et ce dernier l’a approuvé le 13 juin 2007. Le Conseil des Etats a approuvé le crédit-cadre sans discussion ni opposition. Le Conseil national l’a suivi dans sa majorité, rejetant la proposition d’une minorité emmenée par l’Union démocratique du centre (UDC) qui souhaitait que « les organisations non gouvernementales et les œuvres d’entraide auxquelles des contributions fédérales sont attribuées […] s’engagent à utiliser les sommes promises exclusivement à des fins humanitaires dénuées de tout objectif politique »2.

4.1.2. Stratégie 2010 d’aide humanitaire de la Confédération

  • 3 DDC, Vivre la solidarité. Aide humanitaire. Stratégie 2005, Berne, 2002, 24 p.

3Cinq ans après la « Stratégie 2005 » d’aide humanitaire3 dont elle s’était dotée, la Direction du développement et de la coopération (DDC) a produit, en 2007, un document d’actualisation qui orientera son action humanitaire jusqu’en 2010.

  • 4 DEZA, Humanitäre Hilfe des Bundes. Strategie 2010, Bern, 2007, 15 p. (disponible uniquement en alle (...)
  • 5 DDC, document interne, 2006.

4La nouvelle stratégie d’aide humanitaire4 tient compte des remaniements opérés dans la conduite de la DDC, suite à la Mid-Term Review5 qu’elle a effectuée en 2006 et aux recommandations du Comité d’aide au développement (CAD) de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) formulées dans l’examen de la Suisse par les pairs en 2005.

5Les tâches stratégiques de l’aide humanitaire de la Confédération demeurent les mêmes que celles qui avaient été définies dans la stratégie précédente, et qui s’intitulaient alors « domaines d’action prioritaire ».

Annuaire 2003, nº 1, stratégie 2005 de l’aide humanitaire de la DDC, pp. 46-47.

Tableau 4.1 : Stratégie 2010. Tâches stratégiques et objectifs de l’aide humanitaire de la Confédération

Agrandir

Source : DEZA, Humanitäre Hilfe des Bundes. Strategie 2010, Berne, pp. 10-11 (notre trad.).

6Comme dans sa version précédente, la Stratégie 2010 inscrit la nécessité de tenir compte des préoccupations de genre et de bonne gouvernance dans l’échafaudage et la mise en œuvre de toute action ou programme de l’aide humanitaire de la Confédération.

  • 6 « Konstruktive Partnerschaften auf allen Ebenen. Erfordernisse und Ziele der humanitären Nothilfe i (...)
  • 7 Le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge regroupe le Comité international (...)
  • 8 Les acteurs civils dirigent les opérations et les militaires y tiennent un rôle subsidiaire.

7Peut-être davantage que dans le passé, la nouvelle stratégie mise clairement sur les partenariats6 et les alliances avec les composantes de ce qu’elle nomme le système international d’aide. Des partenariats opérationnels seront noués avec les organisations d’aide humanitaire des Nations unies, les autorités publiques, les organisations régionales, le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge7 ainsi que les organisations non gouvernementales (ONG) suisses, internationales et locales. Des alliances ad hoc seront établies avec des organisations étrangères et suisses. L’aide humanitaire de la Confédération poursuivra également sa collaboration avec la Fondation de la Chaîne du bonheur. Des formes de coopération seront également constituées en fonction de la complexité des situations, avec des acteurs publics (universités et hôpitaux par exemple) ou privés. Enfin, la stratégie prévoit une coopération entre les acteurs civils et militaires de l’aide humanitaire, dans le respect du principe de subsidiarité8.

4.1.3. Aide humanitaire de la DDC en 2006

  • 9 Selon la liste du CAD reproduite à la fin du présent Annuaire.

8En 2006, la DDC a dépensé 301,5 millions de francs pour ses activités d’aide humanitaire, dont 295 millions en faveur des pays bénéficiaires de l’APD9. Le Comité d’aide au développement (CAD) édicte des directives pour la répartition de ce montant entre APD bilatérale et APD multilatérale. Dans cette dernière ne sont comptabilisées que les contributions générales aux organisations internationales, d’un montant de 27,7 millions de francs. L’aide humanitaire bilatérale, au sens du CAD, regroupe le reste du montant d’APD, soit 267,3 millions de francs.

9Le découpage de l’aide humanitaire de la DDC selon la nature des contributions offre une clé de lecture plus parlante. Les contributions générales aux organisations internationales et aux organisations de la Croix-Rouge internationale représentent environ un tiers du montant d’aide humanitaire en 2006 (98,4 millions de francs). Les contributions spécifiques d’aide humanitaire et l’aide alimentaire représentent les deux autres tiers (respectivement 169,6 et 33,5 millions de francs).

10Les contributions générales tirent leur nom du fait qu’elle entrent dans le budget général des organisations bénéficiaires. Elles ne sont pas affectées, ni géographiquement, ni thématiquement, et l’organisation dispose en principe de toute la liberté voulue pour les dépenser.

11Les contributions spécifiques, au contraire, sont versées aux organisations bénéficiaires pour financer une action en particulier dans un pays ou une région subissant une crise humanitaire. A ce titre, les organisations internationales ont obtenu 59,1 millions de francs en 2006, le CICR 27,5 millions et les ONG suisses 17,9 millions. Le véritable bras opérationnel de la DDC, le Corps suisse d’aide humanitaire (CSA), a perçu 44,1 millions pour ses actions directes, représentant au total 34 005 journées d’intervention sur quatre continents. Enfin, 20,9 millions de francs de contributions spécifiques ont encore été versés dans le cadre d’autres actions d’aide humanitaire de la DDC.

Tableau 4.2 : Répartition géographique des montants d’aide humanitaire versés par la DDC, 2002-2006 (en millions de francs)

Agrandir

a OCRI : organisations de la Croix-Rouge internationale (CICR et Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge).
b OI : organisations internationales.
c Autres dépenses : programmes généraux, logistique et coûts administratifs liés à l’aide humanitaire internationale de la DDC.

Sources : DDC, Service statistique. DDC et SECO, Rapport annuel de la coopération internationale de la Suisse, années 2002 à 2006.

12L’aide alimentaire, essentiellement en produits laitiers suisses (19 millions de francs en 2006) et en céréales achetées sur place (14 millions de francs), a été distribuée en grande partie par le Programme alimentaire mondial (18,4 millions de francs), les ONG suisses (9,4 millions) et le CSA (5,4 millions).

13En définitive, trois francs sur quatre de l’aide humanitaire de la Confédération transitent par des organisations internationales, la Croix-Rouge internationale ou des organisations non gouvernementales (230,8 millions de francs en 2006).

14Le tableau 4.2 présente l’évolution des montants d’aide humanitaire versés par la DDC entre 2002 et 2006 et permet de lire l’occurrence des catastrophes naturelles et des crises humaines qui ont tour à tour ou simultanément secoué différents pays ou régions du monde.

Annuaires 2003-2007, nº 1, les opérations humanitaires mises en œuvre par la Suisse entre 2002 et 2006 sont détaillées dans le chapitre « Aide humanitaire ».

15Dans le bas du tableau, il est remarquable de constater que les montants non ventilés d’aide humanitaire demeurent, eux, relativement stables au cours des ans.

16L’exemple de l’aide humanitaire au Liban est frappant. En 2006, ce petit pays a soudain drainé davantage d’aide humanitaire suisse que le Soudan ou l’Afghanistan, alors qu’un an auparavant, il apparaissait à peine dans la liste des pays bénéficiaires. L’aide d’urgence de la Suisse s’est terminée en juillet 2007, soit près d’un an après la fin du conflit de trente-quatre jours qui avait éclaté entre Israël et le Hezbollah libanais le 14 août 2006. Le cas de l’Indonésie et de la Thaïlande est identique dans un sens inverse. Affectés par le tsunami de décembre 2004, ces pays ont bénéficié d’un montant important d’aide humanitaire en 2005 et qui va diminuant depuis.

17Il est aussi des pays dont la situation humanitaire s’est améliorée au cours des années, notamment l’Angola ou la Serbie-et-Monténégro. Dans d’autres pays au contraire, par exemple le Soudan, la région des Grands Lacs africains, l’Afghanistan ou la Colombie, les montants d’aide humanitaire versés par la Suisse demeurent à des niveaux élevés année après année, trahissant une situation humanitaire aiguë mais sans solution.

4.2. Comité international de la Croix-Rouge (CICR)

4.2.1. Stratégie 2007-2010 du CICR

  • 10 ICRC, ICRC Strategy 2007-2010 : Committed to Meeting New Challenges through Action, Geneva, January (...)

18Le CICR a produit sa stratégie 2007-201010 pour conduire son action dans des situations de violence armée toujours plus diverses. Cette stratégie identifie d’autres défis qui se posent au CICR, comme la remise en question du droit international humanitaire, les problèmes d’accès aux victimes sur le terrain, la multiplication des acteurs humanitaires et la réforme onusienne. Pour répondre à tous ces défis, le CICR s’est fixé les objectifs prioritaires suivants :

  • promouvoir le droit international humanitaire et toutes les mesures possibles pour que celui-ci soit intégralement appliqué dans les situations de conflit armé ;

  • continuer à développer une « approche toutes victimes » (« all victims ap­proach ») permettant de répondre rapidement et efficacement à tous les besoins humanitaires qui surgissent pendant un conflit armé, quelles que soient sa forme et son intensité.

19En plus de ces objectifs liés à sa mission centrale, le CICR veut

  • assister et protéger les personnes affectées par la violence interne si son rôle d’intermédiaire neutre et indépendant peut apporter une valeur ajoutée ;

  • assister et protéger les personnes affectées par les désastres naturels ou technologiques et par les épidémies lorsqu’il est déjà présent sur les lieux en raison de situations de conflit armé, de violence interne ou de transition vers la paix ;

  • apporter son expertise spécifique pour améliorer la situation humanitaire générale, notamment pour retrouver des personnes disparues ou réunir des familles séparées par la guerre.

20La coopération et la coordination avec les nombreux acteurs qui répondent aux crises humanitaires, mais qui travaillent chacun selon ses principes, sont clairement un moyen pour le CICR d’atteindre ses objectifs humanitaires. Toutefois, la stratégie prévoit d’une part que le CICR maintienne en toute occasion son identité distincte d’organisation humanitaire neutre, impartiale et indépendante. D’autre part, la stratégie vise une approche dynamique et au cas par cas du CICR dans sa participation à des initiatives de coordination et de coopération avec d’autres organisations dont les activités sont complémentaires aux siennes. Sont concernés en particulier les partenaires naturels du CICR sur ses terrains d’opération, soit les sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.

21Avec chacun de ses donateurs, le CICR veut établir un véritable partenariat dans lequel le dialogue stratégique entre les deux parties serait privilégié, avec davantage de moyens financiers à la clé. Ce dialogue remplacerait progressivement le contrôle serré que le donateur effectuait auparavant sur la façon dont le CICR dépensait les montants alloués.

4.2.2. Rapport du CICR sur les personnes portées disparues

  • 11 CICR, Personnes portées disparues. Une tragédie oubliée, Genève, août 2007, 16 p.

22En août 2007, le CICR a produit un rapport dont le but est d’attirer l’attention sur une des tragédies oubliées de la guerre, les personnes disparues11. Il commence par ce constat : « Des personnes disparaissent depuis que les hommes se font la guerre. »

  • 12 Un site Internet a été créé pour permettre aux familles de notifier une disparition : <http://www.f (...)

23Or les disparitions forcées, en temps de guerre, sont contraires au droit international humanitaire. C’est sur cette base que le CICR déploie ses efforts de prévention et de protection, par exemple en enregistrant systématiquement l’identité des détenus visités. Il a également mis sur pied une base de données alimentée et consultée par les familles des disparus12.

  • 13 CICR, op. cit., p. 10.

24En parallèle avec ses activités de prévention des disparitions et d’assistance au rétablissement des liens familiaux, le CICR s’engage sur le plan multilatéral de la diplomatie humanitaire en faveur des personnes portées disparues. Le rapport est une manifestation de cet engagement : « Le but est d’attirer l’attention des gouvernements, des militaires, du public en général, des organisations nationales et internationales (notamment du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge) sur la tragédie des personnes qui disparaissent dans le cadre d’un conflit armé ou d’une situation de violence et sur l’angoisse de leurs familles. »13

25Le rapport constate enfin que les efforts consentis pour élucider le sort des personnes disparues au cours de conflits armés nécessitent un engagement à long terme et beaucoup de persévérance.

26Le phénomène des disparitions forcées ou involontaires constitue aussi, et depuis près de trente ans, une préoccupation des Nations unies, notamment de sa Commission des droits de l’homme, devenue Conseil des droits de l’homme en juin 2006. En outre, une « Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées » a été adoptée par l’Assemblée générale le 20 décembre 2006.

Annuaire 2008, nº 1, chapitre 9, section 9.1.3, sous-section « Convention des Nations unies sur les disparitions forcées ».

  • 14 Jakob Kellenberger, président du CICR, Lutte contre les disparitions forcées : une œuvre urgente d’ (...)

27Le CICR a participé à la rédaction du projet de convention et considère celle-ci comme « un grand succès et un nouvel espoir »14. En souhaitant qu’elle puisse entrer en force le plus rapidement et complètement possible, il met à la disposition des Etats ses services consultatifs en droit international humanitaire qui pourront les aider à intégrer dans leur droit national les normes internationales découlant de la convention.

4.3. Forum humanitaire mondial à Genève

28Le Forum humanitaire mondial, créé en juin 2007 à l’initiative du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) et présidé par Kofi Annan, ancien secrétaire général de l’ONU, contribuera à renforcer la Genève internationale dans le domaine humanitaire. La Suisse en a financé le démarrage et apportera un soutien régulier à ses activités.

  • 15 Kofi Annan, cité dans « Lancement du Forum humanitaire mondial », Le Temps, 18 septembre 2007.

29L’objectif du Forum humanitaire mondial est de prévenir les catastrophes humanitaires sans toutefois se lancer dans l’opérationnel : « Nous souhaitons simplement créer des partenariats entre le secteur privé et le public, amener tous les acteurs de l’humanitaire présents à Genève autour d’une même table. »15 Kofi Annan n’entend cependant pas faire de son forum un Davos humanitaire et préfère que les débats qui s’y dérouleront débouchent sur des résultats concrets.

30Le Forum humanitaire mondial a été inauguré le 17 octobre 2007. Des ateliers thématiques et une réunion mondiale seront organisés chaque année. En vue de la première réunion, prévue en juin 2008, les travaux aborderont les conséquences humanitaires du changement climatique sur les populations les plus pauvres. Kofi Annan constate que ces populations, forcées de se déplacer en raison du changement climatique, ne bénéficient d’aucune protection légale car le droit international ne couvre pas les réfugiés environnementaux.

31En définissant des accents thématiques de travail chaque année et en promouvant des partenariats innovants, le forum espère contribuer à la résolution de problématiques exemplaires qui se posent à l’échelle mondiale sur le plan humanitaire.

4.4. Prévention des catastrophes naturelles

4.4.1. 1re session de la Plate-forme mondiale pour la réduction des risques de catastrophe

32La Plate-forme mondiale pour la réduction des risques de catastrophe16 est un réseau créé en 2006 pour renforcer le système onusien de la Stratégie internationale de prévention des catastrophes (SIPC)17 et mieux soutenir les gouvernements qui se sont engagés à mettre en œuvre le Cadre d’action de Hyogo, adopté lors de la conférence mondiale de Kobe en 2005.

Annuaire 2006, nº 1, Conférence mondiale de Kobe sur la prévention des catastrophes naturelles (Japon, 18-22 janvier 2005), pp. 57-58.

  • 18 Swissinfo, La prévention des catastrophes est une urgence, 5 juin 2007.
  • 19 Michael Ambühl, secrétaire d’Etat, DFAE, Discours d’ouverture, 1re session de la Plate-forme mondia (...)

33La 1re session de cette plate-forme a eu lieu à Genève, du 5 au 7 juin 2007. Elle a réuni plus de 1000 représentants gouvernementaux et d’organisations inter- et non gouvernementales actives dans le domaine. Face au triplement du nombre de catastrophes naturelles et au quintuplement du nombre de personnes affectées depuis une génération, la réduction des risques de telles catastrophes doit devenir, selon John Holmes, président du système de la SIPC, « une priorité majeure pour les Etats, les municipalités, les leaders de la société civile, les entreprises et les communautés locales »18. Dans les faits, la capacité des Etats à réduire les risques de catastrophes naturelles qu’ils encourent n’est souvent pas proportionnelle à leur vulnérabilité. La Suisse a ainsi plaidé pour que les investissements propres à réduire de tels risques soient canalisés vers les pays pauvres les plus exposés19.

  • 20 UN ISDR, Acting with Common Purpose, Proceedings of the first session of the Global Platform for Di (...)
  • 21 Plate-forme mondiale pour la réduction des risques de catastrophe, Synthèse du président, ISDR/GP/2 (...)

34Les résultats de cette session ont été compilés dans un rapport rédigé par la SIPC20 à l’intention de l’Assemblée générale des Nations unies. Une synthèse du président, disponible en français, reprend les trois thèmes qui, selon lui, ont concentré l’essentiel des discussions : soutenir les efforts des pays, cibler les objectifs et développer la Stratégie internationale de prévention des catastrophes21.

4.4.2. Les catastrophes naturelles imposent-elles de nouvelles stratégies d’aide ?

  • 22 Croix-Rouge suisse, « Inondations, sécheresses, cyclones – Les catastrophes environnementales impos (...)
  • 23 « Le défi du changement climatique », dossier Le changement climatique. Un défi global, Croix-Rouge (...)

35C’est sous ce titre22 que la Croix-Rouge suisse a organisé une journée de réflexion, le 19 juin 2007. Cette dernière a été l’occasion de présenter le changement climatique pour ce qu’il est et non plus uniquement comme un problème écologique : « un problème qui touche l’économie, la subsistance, l’alimentation et l’eau, la santé, les conflits, les réfugiés, les droits de l’homme… et aussi l’environnement »23.

Annuaire 2007, nº 1, Rapport Stern sur l’économie du changement climatique, pp. 158-160.

36C’est à une prise de conscience que cette journée invitait les organisations humanitaires, car, pendant longtemps, celles-ci ne se sont jamais senties concernées par les conclusions des scientifiques sur le changement climatique.

37Le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge prend en compte, depuis 1999, les risques que représente le changement climatique pour les personnes les plus vulnérables, en particulier dans le contexte de la gestion des désastres naturels. Ceux-ci affectent de plein fouet les pays en développement car ils ne disposent souvent pas des moyens nécessaires pour y faire face, mais aussi parce que les principaux secteurs de leur économie sont dépendants du climat.

Haut de page

Bibliographie

Sources

DDC et SECO, Rapport annuel de la coopération internationale de la Suisse 2006, Berne, 2007, 23 p.

DEZA, Humanitäre Hilfe des Bundes. Strategie 2010, Bern, 2007, 15 p.

Swissinfo, La Suisse met fin à son aide d’urgence au Liban, communiqué de presse, 18 juillet 2007.

Sites internet

CICR : <http://www.icrc.org>.

DDC : <http://www.ddc.admin.ch> >activités >aide humanitaire.

Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge : <http://www.ifrc.org>.

SIPC/ISDR : <http://www.unisdr.org>.

Haut de page

Notes

1 Conseil fédéral, Message concernant la continuation de l’aide humanitaire internationale de la Confédération du 29 novembre 2006 (FF 2006 9093).

2 Conseil national, session d’été 2007, 06.095. Aide humanitaire internationale. Continuation, « Proposition de la minorité », 13 juin 2007. Voir <http://www.parlament.ch> >curia vista/objets parlementaires >rechercher une intervention ou un objet.

3 DDC, Vivre la solidarité. Aide humanitaire. Stratégie 2005, Berne, 2002, 24 p.

4 DEZA, Humanitäre Hilfe des Bundes. Strategie 2010, Bern, 2007, 15 p. (disponible uniquement en allemand sur le site Internet de la DDC, <http://www.ddc.admin.ch>, mais existe en français).

5 DDC, document interne, 2006.

6 « Konstruktive Partnerschaften auf allen Ebenen. Erfordernisse und Ziele der humanitären Nothilfe in Krisenregionen », Neue Zürcher Zeitung, 17.-18. März 2007.

7 Le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge regroupe le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), la Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et les sociétés nationales qui composent cette dernière.

8 Les acteurs civils dirigent les opérations et les militaires y tiennent un rôle subsidiaire.

9 Selon la liste du CAD reproduite à la fin du présent Annuaire.

10 ICRC, ICRC Strategy 2007-2010 : Committed to Meeting New Challenges through Action, Geneva, January 2007, 4 p. (n’existe qu’en anglais, disponible sur le site Internet du CICR : <http://www.icrc.org> >about the ICRC >mandate).

11 CICR, Personnes portées disparues. Une tragédie oubliée, Genève, août 2007, 16 p.

12 Un site Internet a été créé pour permettre aux familles de notifier une disparition : <http://www.familylinks.icrc.org>.

13 CICR, op. cit., p. 10.

14 Jakob Kellenberger, président du CICR, Lutte contre les disparitions forcées : une œuvre urgente d’humanité et de justice, allocution à la cérémonie officielle d’ouverture à la signature de la Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées, 6 février 2007.

15 Kofi Annan, cité dans « Lancement du Forum humanitaire mondial », Le Temps, 18 septembre 2007.

16 Site Internet de la plate-forme : <http://www.preventionweb.net/globalplatform>.

17 En anglais : International Strategy for Disaster Reduction (ISDR). Pour de plus amples renseignements sur cette stratégie : <http://www.unisdr.org>.

18 Swissinfo, La prévention des catastrophes est une urgence, 5 juin 2007.

19 Michael Ambühl, secrétaire d’Etat, DFAE, Discours d’ouverture, 1re session de la Plate-forme mondiale pour la réduction des risques de catastrophe, 5 juin 2007, p. 3.

20 UN ISDR, Acting with Common Purpose, Proceedings of the first session of the Global Platform for Disaster Risk Reduction, Geneva, 5-7 June 2007, ISDR/GP/2007/7, Geneva, 2007, 61 p., disponible sur le site Internet de la plate-forme.

21 Plate-forme mondiale pour la réduction des risques de catastrophe, Synthèse du président, ISDR/GP/2007/6 FRENCH, Genève, 2007, 8 p., disponible sur le site Internet de la plate-forme.

22 Croix-Rouge suisse, « Inondations, sécheresses, cyclones – Les catastrophes environnementales imposent-elles de nouvelles stratégies d’aide ? », Journée thématique du 19 juin 2007, Berne (dossier disponible sur le site Internet <http://www.redcross.ch>).

23 « Le défi du changement climatique », dossier Le changement climatique. Un défi global, Croix-Rouge Croissant-Rouge, no 1, 2007, p. 2.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Xavier Tschumi Canosa, « 4. Aide humanitaire », Annuaire suisse de politique de développement [En ligne], 27-1 |  2008, mis en ligne le 02 juillet 2009, consulté le 24 avril 2017. URL : http://aspd.revues.org/207

Haut de page

Auteur

Xavier Tschumi Canosa

Collaborateur scientifique à l’Institut universitaire d’études du développement.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© The Graduate Institute | Geneva

Haut de page