Navigation – Plan du site

Introduction. Politique de développement – Au-delà des effets d’annonce

Catherine Schümperli Younossian
p. XIII-XVII

Texte intégral

1En 2005, cinq faits marquants auront sans doute retenu l’attention de l’opinion publique, lui laissant présager un nouvel et profond élan de solidarité à l’égard des pays du Sud : la grande mobilisation dont a fait preuve la communauté internationale après le tsunami qui a ravagé les côtes de l’océan Indien en décembre 2004 ; l’annulation de la dette multilatérale de 18 pays très endettés décidée par le G-8 lors de sa rencontre en juin 2005 ; l’engagement réaffirmé des chefs d’Etat à lutter efficacement contre la pauvreté lors du Sommet du Millénaire +5 ; la poursuite d’un cycle de négociations commerciales en faveur du « développement » ; et enfin, dans le domaine de la politique suisse, l’annonce par le Conseil fédéral d’avoir atteint l’objectif de consacrer 0,4 % de son revenu national brut à l’aide publique au développement.

2Quelle est la réelle portée de ces événements ? S’agit-il d’effets d’annonce politiques sans conséquence ? Ou, à l’inverse, quelles sont les difficultés rencontrées dans la mise en œuvre de telles décisions ? En quoi ces effets d’annonce peuvent-ils avoir une incidence sur la compréhension et la perception des problèmes contemporains auprès du grand public ?

3Pour répondre à ces questions, l’Annuaire suisse de politique de développement. Faits et statistiques apporte des éléments d’information et d’analyse sur l’ensemble des relations que la Suisse entretient avec les pays du Sud et de l’Est. Par son approche et la mise en perspective des événements ainsi recensés, l’ouvrage tente de pallier les limites d’une information par trop immédiate. A titre d’illustration, voici un décryptage des cinq exemples cités précédemment, afin de mieux comprendre les enjeux des questions de politique de développement, mais également la complexité de leur mise en œuvre.

Tsunami – Exceptionnel élan de solidarité internationale ?

4A n’en pas douter, l’élan de solidarité a été exceptionnel ! Les fonds promis pour faire face aux conséquences de cette catastrophe humanitaire auront atteint tous les records. Mais, une année après le raz-de-marée qui a entraîné, en décembre 2004, la mort de centaines de milliers de personnes et touché une dizaine de pays autour de l’océan Indien, l’heure est à l’analyse des raisons qui ont motivé cet élan de générosité internationale, tant public que privé, et également des difficultés rencontrées sur le terrain pour coordonner efficacement l’aide.

5En février 2005, l’aide promise par les pays donateurs dépassait les 11 milliards de dollars, et la solidarité manifestée par des dons privés témoignait de la capacité du public à répondre aux appels de fonds pour des causes humanitaires. En Suisse, la Chaîne du bonheur a ainsi récolté plus de 226 millions de francs suisses. L’ampleur exceptionnelle de la catastrophe et la forte médiatisation qui s’en est suivie expliquent en partie cet élan de solidarité.

6Une fois les fonds récoltés se pose la délicate question de leur utilisation dans les pays touchés par la catastrophe. La multitude des acteurs concernés (gouvernementaux, multilatéraux et ONG) pose de réels problèmes de coordination et de « capacité d’absorption » de l’aide, auxquels s’ajoute la gestion des dons inappropriés.

7Mais cet élan de solidarité ne doit pas faire oublier d’autres crises humanitaires qui bénéficient d’un moindre écho auprès des médias, ce qui se traduit par une difficulté certaine à recueillir les fonds nécessaires. En 2005, les tragédies humanitaires qui ont fait suite au tremblement de terre qui, en octobre, a secoué la région du Cachemire ou encore le passage du cyclone Stan en Amérique centrale à la même période, ainsi que la crise du Darfour, illustrent cette dramatique réalité. Il est important de mentionner également l’appel de nombreux professionnels du développement qui, dans la foulée de cette collecte de fonds record, ont rappelé l’existence de « tsunamis silencieux » dont le nombre de décès dépasse chaque semaine celui causé par le raz-de-marée de décembre 2004 – décès dus à des maux insidieux tels que la pauvreté, la faim et les maladies transmissibles. (Chapitre 4 – Aide humanitaire.)

La dette des pays du Sud annulée – Un résultat de portée historique ?

8En juin 2005, à l’occasion du Sommet du G-8, les ministres des Finances des pays riches ont annoncé l’effacement de la dette multilatérale de 18 pays pauvres pour un montant de 40 milliards de dollars. Il s’agit de l’endettement cumulé de ces pays envers le Fonds monétaire international (FMI), la Banque mondiale (BM) et la Banque africaine de développement (BAfD). Force est de constater que les pays bénéficiaires de ces mesures sont, de fait, dans l’incapacité de jamais satisfaire leurs créanciers, d’où la nécessité pour ces derniers de changer de stratégie. Un des aspects problématiques de cet engagement concerne les pays créanciers, qui doivent le concrétiser sans avoir pu participer à sa décision ni… à son effet d’annonce (!). En effet, cette initiative a été reprise au plan multilatéral sous le nom de Multilateral Debt Relief Initiative, impliquant par ce biais, et de manière quasi impérative, d’autres pays de la communauté internationale, dont la Suisse.

9L’histoire ne dit pas davantage que cette annonce, appuyée à grand renfort médiatique, ne précise pas les modalités de financement de l’initiative. Sera-t-elle financée par le biais de fonds additionnels ou se réalisera-t-elle de manière compensatoire sur d’autres postes budgétaires de l’aide publique au développement (diminution de l’aide bilatérale ou des contributions à des organismes multilatéraux) ? La première hypothèse semble bien improbable, y compris pour les pays qui en sont les promoteurs. Dès lors, le « risque » est bien réel que la seconde hypothèse soit retenue, mettant un peu plus en péril la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD).

10Si la Suisse soutient le principe de cette initiative, elle n’envisage une participation concrète qu’au moment où les modalités précises et les implications financières seront connues. La situation n’était guère meilleure du côté des institutions financières : si le FMI a décidé de prélever quelque 4,8 milliards de dollars pour financer l’initiative du G-8, la Banque mondiale et la Banque africaine de développement n’avaient pas encore éclairci, fin 2005, les modalités de leur engagement. (Chapitre 7 – Relations financières internationales.)

Sommet du Millénaire – L’engagement solennel des chefs d’Etat permettra-t-il d’atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement ?

11En septembre 2005, cinq ans après avoir signé la Déclaration du Millénaire pour le développement, qui vise à atteindre huit objectifs quantifiables de lutte contre la pauvreté, les chefs d’Etat de 191 pays ont réaffirmé leur engagement à lutter contre la pauvreté. Durant ces cinq dernières années, organisations internationales, agences de coopération bilatérale et ONG ont tenté sans grand succès de se mettre au diapason des objectifs ainsi énoncés.

122005 a donc été l’occasion de tirer un triste bilan. Non, les Objectifs du Millénaire pour le développement ne pourront pas être atteints dans la majorité des pays en développement. Parmi les 47 pays africains, la plupart sont considérés comme « hors course » et n’arriveront pas, d’ici 2015, à réduire de manière significative la pauvreté extrême ou enregistrer des progrès notables dans les domaines de la santé, de l’éducation ou de la protection de l’environnement.

13Au-delà de ce bilan pour le moins mitigé, des questions fondamentales se posent quant à la notion même des OMD. Si l’on peut saluer la mise en place d’objectifs quantifiables de lutte contre la pauvreté qui permettent d’en apprécier les progrès, force est de constater que l’initiative des OMD comporte différentes interprétations qu’il est urgent de clarifier. Faut-il les appréhender comme des objectifs à atteindre coûte que coûte sous peine de devoir tirer un bilan d’échec ? Dans cette hypothèse, il est à craindre qu’en définissant des objectifs pas toujours réalistes se crée un climat pessimiste autour de l’aide au développement. Ou alors, faut-il les considérer comme un outil permettant d’ouvrir le débat sur l’accès aux services sociaux de base, d’augmenter les montants d’aide publique au développement et de sensibiliser l’opinion publique aux déséquilibres Nord-Sud ? Il est urgent de clarifier l’interprétation des OMD sous peine de conduire à des désillusions importantes auprès de l’opinion publique. (Chapitre 2 – Coopération avec les pays en développement.)

Négociations de l’OMC – Le cycle de Doha est-il vraiment un round pour le développement ?

14« Il ne faut pas oublier que le commerce n’est qu’un outil pour élever la condition humaine : les conséquences ultimes qu’ont nos règles sur les êtres humains devraient toujours être au centre de nos préoccupations. » Voici l’appel lancé le 30 janvier 2006 par le directeur général de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) lors d’un discours prononcé à Santiago (Chili) visant à « humaniser la mondialisation ». Pourtant, force est de constater que les négociations entamées pendant le cycle de Doha peinent à se conclure en raison, peut-être, du nouveau paradigme, un « cycle pour le développement », dans lequel elles doivent s’inscrire. Et c’est bien là que le bât blesse : le sens à donner au mot « développement » varie au gré des acteurs impliqués.

15Deux exemples, largement repris dans les médias dans le courant de l’année 2005, témoignent de cette difficulté d’interprétation, qui ne doivent cependant pas cacher d’autres domaines tout aussi sensibles. Le premier concerne l’accès facilité pour les pays en développement aux marchés agricoles des pays industrialisés. Dans ce secteur, les inégalités structurelles entre pays industrialisés et pays en développement sont frappantes. Pour les pays agroexportateurs du Sud, réunis dans le G-20, un « cycle du développement » digne de ce nom supposerait que les pays riches acceptent des ouvertures dans le domaine agricole sans exiger des concessions massives en retour dans d’autres domaines. Refus des pays industrialisés, qui ne sont prêts à considérer d’éventuelles ouvertures dans l’agriculture qu’en contrepartie d’un meilleur accès de leurs biens industriels et services aux marchés des pays en développement.

16Le second exemple concerne un accès aux médicaments pour les pays en développement. Rappelons que dans les pays en développement, 95 % des malades du sida sont condamnés à mourir à brève échéance par manque d’accès aux traitements antirétroviraux ; cette situation prévaut également pour des millions de personnes victimes de maladies curables dans les pays industrialisés. Ainsi, et pour des raisons de santé publique, il devient urgent de renforcer les droits des pays en développement à utiliser des licences obligatoires et de les autoriser à importer des versions génériques de médicaments protégés par des brevets. Si ce point a fait l’objet d’une décision en août 2003, celle-ci n’est toutefois que peu satisfaisante puisque – sous la pression notamment des Etats-Unis et de la Suisse – l’OMC soumet le droit à l’accès aux médicaments génériques à des restrictions vivement contestées par les pays pauvres, en particulier d’Afrique subsaharienne.

17Enfin, un dernier élément est symptomatique de cette difficulté à donner un sens au terme « développement ». Lors de la dernière conférence ministérielle de l’OMC, qui s’est tenue à Hongkong en décembre 2005, la quasi-totalité des délégations participant aux négociations n’étaient composées que de négociateurs « commerciaux » ; rares étaient les délégués offrant une compétence sur les questions de développement. A noter que pour la première fois, la délégation suisse, forte d’une quinzaine de membres, comptait également deux représentants de la Direction du développement et de la coopération (DDC), venant ainsi renforcer cette dimension précédemment défendue par deux représentants de la section Coopération au développement du Secrétariat d’Etat à l’économie (seco). Mais force est de constater que les objectifs de négociation restent commerciaux et que la prise en compte de la dimension du développement est pour l’instant inexistante, ou pis… symbolique. (Chapitre 6 – Commerce mondial.)

Aide publique au développement de la Suisse – L’objectif des 0,4 % est-il vraiment atteint ?

18Sur le plan international, le premier indicateur de l’engagement des pays industrialisés en faveur de la coopération au développement concerne le pourcentage du revenu national brut (RNB) consacré à l’aide publique au développement (APD). Si l’objectif d’affecter 0,7 % du RNB demeure l’étalon de mesure sur lequel la communauté internationale prend ses marques, il n’est atteint que par cinq pays.

19La Suisse avait annoncé, lors de la Conférence sur l’environnement et le développement à Rio en 1992, son intention de pouvoir consacrer 0,4 % de son RNB au budget de la coopération au développement dans un délai de dix ans au maximum. En 2005, elle peut enfin afficher ce pourcentage, mais il aura fallu l’adoption d’une nouvelle méthode de comptabilisation de l’APD pour pouvoir atteindre cet objectif. En effet, le Conseil fédéral, en mai 2005, a pris la décision d’introduire dans le calcul de l’APD les dépenses effectuées pour les requérants d’asile provenant de pays en développement durant la première année de leur séjour. Cette « astuce » statistique permet ainsi à la Suisse de remplir l’engagement moral pris lors de la conférence de Rio et maintes fois réaffirmé dans des rapports officiels.

20Ainsi, suite à diverses révisions comptables, l’APD de la Suisse est passée, nominalement, de 1,75 milliard de francs suisses en 2003 à 1,92 milliard en 2004, et en pourcentage du revenu national brut de 0,39 % à 0,41 %, ce qui place la Suisse au huitième rang des 22 pays de l’OCDE. Si la comptabilisation de l’aide aux requérants dans les dépenses d’APD tend à se développer (neuf pays incluent intégralement ou partiellement les coûts qu’ils supportent pour les requérants d’asile), ces mesures n’ont évidemment pas d’incidence sur le budget effectif de la coopération suisse au développement. (Chapitre 2 – Coopération avec les pays en développement.)


***

21Le comité de rédaction tient à remercier vivement les auteurs des textes publiés dans ce nouveau volume de l’Annuaire suisse de politique de développement, ainsi que les nombreux spécialistes de l’Administration fédérale, des ONG de développement et des milieux académiques qui, par leur relecture critique ou leurs précieux conseils, assurent à notre publication son grand sérieux. Notre gratitude va également à celles et ceux qui contribuent à la conception, à la réalisation et à la traduction de cette publication. C’est grâce à la compétence et à l’engagement de toutes et tous que la fiabilité de cet ouvrage de référence est ainsi garantie.

22Pour conclure, et avec une émotion certaine, le comité de rédaction tient à rendre un chaleureux hommage au professeur Jacques Forster, qui, arrivé à l’âge de la retraite, quitte la direction de notre rédaction. Fondateur de la présente collection et directeur de l’Annuaire Suisse-Tiers Monde, rebaptisé en 2003 Annuaire suisse de politique de développement, Jacques Forster a dirigé cette publication durant près de vingt-cinq ans. Avec rigueur et générosité, il a su insuffler à ses collaboratrices et ses collaborateurs son enthousiasme, les faisant bénéficier de son vif intérêt et de son immense connaissance des relations Nord-Sud en général, et « Suisse-Tiers Monde » en particulier. Toute l’équipe de l’Annuaire le remercie vivement pour ces années d’engagement et lui adresse ses vœux les plus sincères pour cette nouvelle étape de vie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Schümperli Younossian, « Introduction. Politique de développement – Au-delà des effets d’annonce », Annuaire suisse de politique de développement [En ligne], 25-1 |  2006, mis en ligne le 10 février 2010, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://aspd.revues.org/310

Haut de page

Auteur

Catherine Schümperli Younossian

Chargée de recherche à l’IUED, Directrice de la rédaction

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© The Graduate Institute | Geneva

Haut de page